Alors que la nouvelle année scolaire débute, les conseils scolaires de l’Ontario sont à court d’argent. Voici les chiffres.

L’année passée, les changements au financement de l’éducation en Ontario se sont apparentés à un spectacle de tours de passe-passe. Des annonces contradictoires du gouvernement, l’emploi de termes brumeux tels que « protection contre l’attrition » et des transferts d’argent entre les différentes enveloppes budgétaires ont généré une confusion générale sur ce qui se passe dans les écoles de la province. Il ne devrait pas en être ainsi.

Le bien-être de nos enfants dépend de ce qui arrive à nos écoles; nous avons le droit et le devoir de comprendre ce qui se passe.

Dans un article précédent (If it looks like a cut and it hurts like a cut, then it probably is a cut), je discutais des montants totaux alloués à l’éducation dans le cadre du Budget 2019. Ici, j’examine les montants des subventions de fonctionnement attribuées aux conseils scolaires en comparant le financement reçu pour l’année scolaire 2017-2018 à celui des prévisions budgétaires 2019-2020. La comparaison tient compte de l’inflation; les calculs concernant les montants alloués par élève utilisent les prévisions pour les effectifs en date du mois d’août 2019.

C’est une façon simple de déterminer combien les conseils scolaires recevront en financement cette année, au total et par élève, en comparaison de ce qu’ils ont reçu il y a deux ans, à savoir la dernière année scolaire complète avant l’accès au pouvoir de l’actuel gouvernement provincial.

Cette comparaison ne permet pas de saisir tous les changements qui toucheront le secteur de l’éducation. Plus particulièrement, elle ne tient pas compte des modifications au financement de l’infrastructure, des modifications au financement selon l’effectif des classes, qui entreront en vigueur durant l’année, et des restrictions budgétaires dans les services publics et communautaires, qui ont des répercussions directes sur la qualité de l’éducation. En résumé, cette comparaison ne reflète qu’une portion des restrictions budgétaires en éducation.

La carte interactive ci-dessous montre la modification au total des subventions, la modification au total des subventions en pourcentage et la modification au financement par élève pour les conseils scolaires de l’Ontario dans toute la province, et cela par système scolaire (English public school boards, English Catholic school boards, Conseils scolaires publics, Conseils scolaires catholiques). Notez que la carte est optimisée pour une visualisation sur un ordinateur de bureau. Cliquez sur chacun des conseils scolaires pour en explorer la situation budgétaire et apprenez-en plus sur nos conclusions ci-dessous. [1]

Voici les points saillants :

Tous les conseils scolaires sont soumis à des restrictions budgétaires, que cela soit pour le total des subventions de fonctionnement ou pour le financement par élève.

Pour l’année scolaire 2019-2020, le gouvernement de l’Ontario transfère aux conseils scolaires 430 millions de dollars de moins (montant corrigé en fonction de l’inflation) que le montant transféré en 2017-2018. C’est une réduction (réelle) de 2 % du total des subventions de fonctionnement.

La modification en pourcentage au total des subventions de fonctionnement pour chaque conseil scolaire se situe entre -6 % et +5 %. Le Trillium Lakelands DSB (-6,5 %) et le York Catholic DSB (-6,3 %) connaissent les plus fortes réductions en pourcentage du total des subventions de fonctionnement. Seize des 72 conseils scolaires voient une augmentation du total de leurs subventions de fonctionnement, mais tous les seize subissent des réductions de leur financement par élève. En d’autres termes, l’augmentation est insuffisante pour couvrir l’accroissement des effectifs : ces conseils ont au bout du compte moins d’argent par élève.

Le financement moyen total par élève a chuté de 375 $ (montant corrigé en fonction de l’inflation). C’est une réduction de 3 %. Seuls quatre des 72 conseils scolaires voient une augmentation de leur financement par élève. Certains conseils scolaires essuient des réductions encore plus sévères. Par exemple, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario connait une réduction de 753 $ par élève. Pour le Toronto DSB, c’est une perte de 456 $ par élève.

Ces modifications au total des subventions des conseils scolaires auront des répercussions sur plusieurs enveloppes budgétaires spécifiques.

En plus des modifications aux montants totaux et par élève, la carte interactive montre les modifications aux montants de la Subvention pour programmes d’aide à l’apprentissage (SPAA). Originellement mise en place pour soutenir les élèves vivant dans des contextes socioéconomiques qui augmentent la probabilité d’un taux de réussite scolaire plus bas, cette subvention est de plus en plus utilisée pour financer une variété de programmes, dont ceux soutenant les étudiants ayant des troubles d’apprentissage.

Les prévisions budgétaires pour l’année 2019-2020 comprennent une réduction de 36 % du montant alloué à la SPAA par rapport à l’année 2017-2018 (montant corrigé en fonction de l’inflation). Aucun conseil scolaire n’est épargné. Certains conseils font face à une réduction qui peut atteindre 76 % (York Catholic DSB). Le Toronto DSB perd 62 % du montant de sa subvention.

Même des annonces portant à confusion ne peuvent dissimuler la réalité : une réduction est une réduction. Et ces restrictions budgétaires auront de nombreuses répercussions négatives à court et long terme sur les enfants et les jeunes de l’Ontario.


Source pour la carte : Ministère de l’Éducation de l’Ontario. États financiers des conseils scolaires 2017-2018; Prévisions budgétaires 2019-2020; calculs réalisés par l’auteur

Ricardo Tranjan est chercheur principal au bureau en Ontario du Centre canadien de politiques alternatives. Suivez Ricardo sur Twitter : @ricardo_tranjan.

Join the Discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Before commenting, please read our Comment Policy